Le ridicule ne tue pas, mais…

Communiqué de presse de 31/05/2021

L’Association Protection Haut-Béarn Environnement tient absolument à rappeler que la sécurisation de l’actuelle RN134 lui parait indispensable, pour le confort et la sécurité de ses usagers et de ses riverains.


En revanche, l’acharnement des élus locaux, départementaux et régionaux, alliés au député Jean Lassalle et au lobby Béarn Adour Pyrénées, à vouloir absolument faire construire des ouvrages pharaoniques, imaginés il y a plus de quarante ans, tels que la déviation d’Oloron ou la voie rapide Oloron Lescar, est en train de devenir ridicule.



Le député Jean Lassalle, et les élus locaux au département et à la région, sont en train de nous ridiculiser.

Dans son intervention à l’Assemblée Nationale, du 25 Juin 2021, le député Lassalle a rappelé que ces projets avaient bien été pensés au siècle dernier, lors du premier mandat de François Mitterrand, il y a quarante ans.


En quarante ans, la lutte contre le réchauffement climatique et la protection de l’environnement sont devenue des questions centrales de l’aménagement du territoire. En quarante ans, la réalité économique de notre territoire a évolué.

En refusant d’en tenir compte, et en exigeant la réalisation de ces projets nocifs, et complètement dépassés, nos élus sont en train de nous ridiculiser.


Complètement à côté de la plaque au sujet de l’économie.

Dans un article paru en page 14 de l’édition du 27/05/2021 de la république des Pyrénées, le président du lobby Béarn Adour Pyrénées, Michel Le Gall soutient que « Lindt ou Safran pourraient délocaliser leur activité faute de construction de ces déviations ». C’est tout simplement ridicule !


Qui pourrait imaginer que des entreprises multinationales, cotées en bourse qui opèrent sur les 5 continents puissent revoir leur plan de structure logistique pour l’Europe occidentale, en fonction de 7 minutes de trajet gagnées entre Pau et Oloron ? Cette vision de l’industrie, de l’économie et des transports n’est vraiment pas sérieuse.


En revanche, ce qui est certain, c’est que les activités liées au tourisme, qui sont en train de devenir le poumon économique et l’un des plus gros employeurs du Haut-Béarn, seraient terriblement impactées par ces projets de bétonisation et de pollution sonore, de l’air et de l’eau de la Vallée D’aspe, du Piémont et des côteaux béarnais.


Nos élus sont en train de sacrifier l’avenir de l’économie du territoire et de condamner des milliers d’emplois par leur acharnement à vouloir absolument réaliser leurs vieux rêves dépassés. C’est digne d’une comédie dramatique.

Ce qui est en jeux ce sont les écosystèmes de la vallée et du piedmont, l’air que vont respirer nos enfants pour les prochaines générations et l’avenir de l’économie du territoire.


En tournant en boucle, depuis quarante ans, sur ces déviations sans jamais parler une seule fois, sérieusement, d’environnement, de santé publique ou d’emploi, nos élus nous font passer pour des imbéciles.


Le ridicule ne tue pas, mais la pollution détruit l’environnement, empoisonne les populations et condamne l’économie et l’emploi.

Nous ne comprenons pas cette manière de vouloir absolument faire les choses mal, en dépit de l’environnement, de la sécurité, du confort et surtout du bon sens.


L’Association Protection Haut Béarn Environnement, appelle à la mise en place d’un moratoire sur ces projets pharaoniques, pour procéder à une mise à jour des dossiers qui n’a pas été faire depuis les années 1980, et ensuite seulement prendre des décisions éclairées sur l’opportunité et les modalités de leur réalisation. Nous appelons également nos élus à faire preuve de retenu, de sérieux et de sens des responsabilités.


0 commentaire