PHBE renforce ses capacités de lutte contre la criminalité environnementale

PHBE remercie infiniment Sébastien de Truchis qui a exercé la présidence de l'association depuis sa création. Merci pour ton engagement, pour ta disponibilité et pour la qualité de ton travail au service du collectif, au service de nos valeurs pour la protection de l'environnement et du bien commun dans le Haut-Béarn. Nous sommes ravis que tu restes parmi nous au sein du comité de pilotage et engagé sur les dossiers qui te tiennent à cœur.


Oloron : le nouveau bureau de PHBE fixe ses priorités
Article de la République des Pyrénées - 28/10/22

Nouveau Bureau PHBE depuis octobre 2022

Julien Brunel : Président (cofondateur et ancien porte parole de l’association)

Laura Torres : co-Secrétaire

Léa Bled : co-Secrétaire

Alain Benesty : Trésorier



L’association PHBE va poursuivre son action de protection de l’environnement et par extension, de la santé, du patrimoine et de la qualité de vie.

Au cours des deux dernières années, PHBE a développé une véritable expertise dans le travail des dossiers techniques, administratifs, légaux et financiers.

En effet, celles et ceux contre qui nous luttons, détruisent l’environnement et le bien commun pour un gain financier à court terme. C’est sur ce terrain que nous allons les interpeller.


Nous allons poursuivre nos activités de veille, d’information, de sensibilisation et d’alerte. Nous allons surtout renforcer nos capacités de lutte, radicale, contre la criminalité environnementale. Nous allons également lancer une série de rencontres avec les acteurs qui défendent des intérêts à priori différents des nôtres (élus, lobbies, associations pro route, etc.) pour tâcher d’instaurer un dialogue apaisé.


Nous espérons que les élus et les pouvoirs publics vont sortir du déni climatique et de l’état de sidération dans lequel ils sont plongés. Comment justifier une telle inaction sur les questions environnementales et du climat ? Il est tant d’agir ou au moins d’aider celles et ceux qui agissent pour préserver notre environnement.


Nos axes de travail pour les mois et années à venir :

1. Mobilisation contre les Grands Projets Inutiles d’aménagements routiers, destructeurs de l’environnement.


Sur notre territoire, les autorités et les lobbies continuent de porter des projets de routes pharaoniques, qui n’ont aucun sens pratique ou économique et sont de véritables catastrophes pour l’environnement et la santé.


Le projet de la déviation d’Oloron a par exemple été répertorié dans la liste des Grands projets Inutiles (GPI) de France qui participent au gaspillage d’argent public, massacrent l’environnement et n’apportent aucun bénéfice aux habitants.

Les promoteurs élus et lobbies, le justifient par de vieilles croyances et une vision du territoire complètement dépassée. Or une multitude de solutions alternatives sont apparues, qui pourraient être mises en œuvre de manière bien plus immédiate, beaucoup moins onéreuse, respectueuse de l’environnement et surtout bien plus efficaces, pour répondre aux problèmes posés par le trafic international de poids lourds et de matières dangereuses.


Nous allons (enfin) adresser au département des Pyrénées Atlantiques la demande de moratoire concernant le projet de la déviation d’Oloron. Cette demande est maintenant signée par plus d’une dizaine d’associations reconnues du territoire, des citoyens et des élus. Il est indispensable de questionner et de remettre à jour la conception du projet qui n’a pas bougé depuis les années 80 (le dernier schéma publié date de 1991), et à l’époque, les questions de l’environnement et de la santé de la population, aujourd’hui prioritaires, n’étaient pas prises en compte du tout.



2. Commissions de travail internes et externes


En deux ans et demi, PHBE est devenu un acteur sérieux et reconnu du territoire. Nous sommes invités à siéger au comité de sécurisation de la RN134, au comité de suivi des mesures compensatoires. Nous sommes membres de la Commission Départementale de la Nature, des Paysages et des Sites (CNDPS) de la Préfecture des Pyrénées atlantiques.


Des commissions de travail technique internes : notamment sur les forêts, les gaves et les saumons se sont structurées.


Des commissions de travail de coordination internes : notamment communication et finance.


3. Renforcer nos capacités de lutte contre la criminalité environnementale dans le Haut-Béarn.


Dans le Haut-Béarn, la destruction de l’environnement se fait souvent en infraction avec le code de l’environnement, la réglementation européenne, la loi sur l’eau et autres cadres légaux. La criminalité environnementale ne menace pas seulement les écosystèmes ou le climat, elle provoque aussi de nombreuses maladies qui réduisent l’espérance de vie.

L’appât du gain, l’incompétence et la négligence conduisent nombre d’acteurs économiques et politiques à se rendre coupables, ou complices de crimes contre l’environnement.


Ces gens sont des prédateurs. Nous ne leur céderons pas un millimètre. La

criminalité environnementale ne peut plus être un business financier et électoral.


PHBE va renforcer son équipe de juristes bénévoles. Deux nouveaux adhérents

(avocats et juristes) vont s’attacher à améliorer nos capacités, élargir notre champ d’action et se rendre encore plus pertinents sur nos dossiers. Nous allons également mettre en œuvre des collaborations avec des collectifs à l’échelle nationale comme « Notre Affaire à tous ».


4. Relation avec les autres acteurs et soutien technique aux association ami.es


PHBE entretient déjà de bonnes relations avec d’autres associations reconnues du territoire.

Nous allons renforcer ces collaborations, qui ont déjà porté leurs fruits (par exemple :

- Victoire en première instance dans le procès Laborde avec la SEPANSO et gain de cause sur la gestion des forêts communales d’Oloron-Sainte-Marie avec l’ACCOB, par exemple).

- Il y a aussi nos collaborations réussies avec le collectif Touche pas à ma forêt et Salmo Tierra.

- 10 associations majeures ont également déjà signé notre demande de moratoire sur le projet de la déviation d’Oloron.

- L'association va multiplier les échanges avec les associations dans le Béarn, dans le département 64 et bien au-delà pour tisser et intégrer des réseaux.

- Nous allons relancer la signature de la convention de partenariat avec nos amis de l’association espagnole Jaca Sin Perde El Notre.

- Nous allons solliciter les associations de pêche et sociétés de chasse

- Nous travaillons à l’organisation d’un évènement majeur, dans le Haut Béarn, en

collaboration avec l’ONG Sea Shepherd (début 2023)

- Nous allons également lancer une série de rencontres avec les associations qui

défendent des intérêts à priori différents des nôtres (pro route par exemple) pour

tâcher d’instaurer un dialogue apaisé.


5. Modes de financement de l’association qui ne sollicite pas de subventions pour garantir son indépendance politique


Afin de garantir son indépendance des milieux politiques, PHBE ne sollicite pas de subventions publiques de la part des collectivités locales. Pourtant l’ensemble de nos actions, notamment dans les tribaux, coûte plusieurs milliers d’euros par an.

Nous nous finançons aujourd’hui grâce aux cotisations des adhérents, aux dons et à la vente de savons naturels que nous fabriquons nous-même.

PHBE va mettre en vente ses savons directement sur son site internet et rechercher des distributeurs engagés (boutiques, commerces ambulants et vente à domicile).

Enfin, PHBE espère pouvoir créer un emploi dans le courant de l’année 2023 pour

travailler sur la communication, la coordination et l’animation de la vie de

l’association.


0 commentaire